Player PopUp
Votre dédicace a bien été enregistrée
Envoyer une dédicace

Grève des enseignants en Guinée: mobilisation à Conakry

Divers

Partager :


Grève des enseignants en Guinée: mobilisation à Conakry

La grève déclenchée par une partie du syndicat de l'Education en Guinée ne faiblit pas malgré la détermination du gouvernement à minimiser son impact. Ce lundi encore, dans plusieurs villes du pays le mouvement a été suivi, mais c'est surtout à Conakry qu’il est le plus développé.
Par centaines dans plusieurs quartiers de la capitale, les jeunes scolaires sont descendus dans les rues, scandant des slogans hostiles au président guinéen et à son régime. Dans les rues de Kaloum, le quartier administratif et des affaires, ils étaient nombreux à arpenter les rues - sous le regard intéressé de la population - jusqu’à quelques pas du palais présidentiel et ensuite devant la primature, siège du gouvernement. Tout un symbole.
Dans leur furie, ils ont décroché sur leur passage tous les portraits du chef de l’Etat qu’ils ont traînés par terre. Dans la grande banlieue-dortoir de Conakry, les élèves ont régné en maître toute la journée. Et le peu d’écoles qui avaient repris les cours ont été visitées par les manifestants qui ont exigé leur solidarité dans le mouvement. Au Palais du peuple, siège de l’Assemblée nationale, ce sont les députés qui ont été surpris par un rassemblement des jeunes scolaires parce qu’ils avaient appris que le ministre de l’Education nationale, Ibrahima Kalil Konaté devait défendre son budget devant les élus du peuple.
Face au ministre, un député de la mouvance présidentielle, vexé, n’a pu contenir sa colère. Il a déclaré : « La grève des enseignants est illégale. Aboubacar Soumah, le leader des grévistes est illégal, donc il faut rétablir à tout prix l’ordre public et l’autorité de l’Etat, quitte à massacrer la population ».

RFI
Le 5 décembre 2017




Partager :




Sécurité du formulaire calcul : 8 + 3 =



Rechercher un article




Vidéo à la une
Actualités